A quelques pas de là…

« C’est, qu’au fond, il n’y a qu’une seule race : l’humanité. » [J. Jaurès]

Posted on: 19/01/2013

Le Blanc. Réflexions autour du concept de « race ». 

 

Je n’avais jamais pensé mon existence, ni même celle de qui que ce soit, en termes de ce que les Anglo-Saxons appellent naturellement « la race ». Oh, bien sûr, j’ai entendu plus souvent qu’à mon tour, des phrases commençant par : « Les Arabes …», « Les Noirs … » ou mêmes encore « Les Asiatiques … » et suivis de tout un tas de cliché plus ou moins ouvertement racistes. Quant à moi, j’étais l’impensé, l’universel, la norme. Le Blanc. Et à ce titre, aucune phrase ne pourrait jamais commencer par « Les Blancs… ».

 

Il m’a fallu voyager et demeurer aux Etats-Unis pour commencer à prendre conscience de ce fait. En plus de me définir en termes de genre (je suis une femme), de nationalité (je suis Française), d’occupation (je suis étudiante), de lieu de naissance (je suis Lorraine), il faudrait peut-être un jour que je commence à me penser en termes de « race ». En effet, si la race est un concept qui n’existe pas biologiquement, il a une véritable existence sociale. Comme dans mon introduction avec « les Noirs », « les Arabes » et « les Asiatiques », et comme aux Etats-Unis avec « les Blancs », les gens utilisent ce concept pour décrire une certaine catégorie de la population qui n’a, pour seule différence avec les autres, qu’une différence physique – les scientifiques appellent cela le phénotype.

 

Au cours de mon séjour en Californie et au contact de ceux et celles que l’on appelle (et qui se considèrent comme) des « minorités » (c’est-à-dire des non-Blancs), j’ai découvert qu’à moi aussi, au nom de ma « race », un ensemble de clichés s’appliquaient qui permettaient de me « définir ». « Les Blancs n’aiment pas la nourriture épicée », « Je ne comprends ces Blancs et leurs lois permissives sur les armes à feu », « la cuisine Blanche se compose exclusivement de pommes de terre à l’eau ». Et moi qui n’ai jamais fait tellement l’effort de comprendre les différences entre la cuisine marocaine, algérienne ou tunisienne, j’ai été surprise qu’on puisse ne pas en faire entre la cuisine française, anglaise ou espagnole.

 

Plus je pars et plus j’apprends.

Publicités
Étiquettes : , ,

1 Response to "« C’est, qu’au fond, il n’y a qu’une seule race : l’humanité. » [J. Jaurès]"

Sans partir de France , on y cotoie des personnes d’origines différentes . On ne se comprend pas toujours parce qu’on voudrait que l’autre nous ressemble ou nous apporte forcément quelque chose .
Depuis longtemps , une photo décore un coin d’un lieu de vie dans ma maison : c’est le visage d’une jeune fille d’une dizaine d’années …avec un commentaire :  » Human race , equal heart « ; avec une traduction :  » une seule race , la race humaine » …!
Ce qui nous rend singulier au milieu des autres est , peut-être ,lié à notre culture nationale / et familiale ..et aussi à notre attachement à telle ou telle religion .
Pour autant , toutes les mamans du monde portent leur bébé 9 mois , parce que la nature est ainsi faite .Ensuite , elles allaitent ou pas ( la culture et les moyens sociaux interviennent) / elles le protègent plus ou moins bien ( c’est encore lié à l’acquis / au culturel …car dans la jungle , un animal protège sa descendance quitte à y perdre la vie …
Une amie me disait « on est toujours le con de quelqu’un » …et il convient de s’en rapeller quand on trouve que l’autre est plus « con » que soi !
Pour le racisme , c’est un peu du même ordre …le racisme pointe le bout de son nez quand on se sent menacé par l’étrange / ce et ceux que l’on ne connai(en)t pas .
On en revient à une question de base :
« l’homme est- il bon pour l’homme ou est-il un loup pour l’homme « ?
La solidarité dans le chaos ( ex : lors de tremblement de terre) …incite à penser à la bonté naturelle de l’homme ; le racisme qui alimente des guerres incite à penser au coté belliqueux naturel de l’humain …Quand autrui dit : « les blancs n’aiment pas la cuisine épicée » oui , c’est un fait que en majorité la cuisine française est moins épicée que la cuisine orientale …mais c’est ni bien , ni mal : c’est DIFFENRENT …ensuite on entre sur le terrain de  » tout est relatif » …ou bien « pourquoi , a-t-on besoin de juger l’autre / sa couleur de peau / sa façon de vivre / ses valeurs culturelles ???? Pour se rassurer soi même , pour ne pas chercher plus loin à comprendre l’Humanité en commençant par chercher à comprendre son humanité individuelle …(vaste recherche ! )
Et pour conclure mon commentaire , je repense à St Exupéry qui nous redit qu’on ne pense bien qu’avec le coeur …Quand on aime l’Autre au sens d’un amour éternel et infini , alors aucun critères ne rentre en compte ( ni sa couleur de peau / ni son origine culturelle …etc…) …et cela peut aller jusqu’à ne pas avoir besoin de la preuve de son existence ,là je parle de Dieu …
EA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :