A quelques pas de là…

Jay-Z, T-Pain, Inna : paroles de chansons idiotes

Posted on: 25/03/2013

Cette semaine, je voudrais rendre hommage à la création artistique internationale. Nan, j’déconne. Un article dont le titre mentionne à la fois Jay-Z, T-Pain et Inna ne peut être que le prélude d’une grosse marrade.

Alors un peu d’histoire pour celles et ceux d’entre vous qui ont fait coïncider passage à l’an 2000 et passage sur la fréquence de radio Nostalgie.

InnaCommençons avec une femme, Inna. Née en Roumanie en 1986, elle est complètement inconnue au bataillon jusqu’en 2010. Est alors diffusé sur les ondes radiophoniques françaises un morceau dont les paroles méritent quand même d’être relevées. Malheureusement, WordPress ne m’autorise pas à héberger des vidéos directement sur mon blog, je vous renvoie donc vers Youtube pour ce moment mythique :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1nNVEa7Du4E

 Pour celles et ceux qui n’auraient pas compris la situation, Inna s’adresse à un ami imaginaire qu’elle rencontre en boîte et qui lui plait beaucoup, et pour le draguer, elle lui dit :

« I’m gonna break even the law of the gravity to see you in the morning. »

Soit, en français : « Je vais enfreindre même la loi de la gravité pour te voir demain matin. » Newton, si tu nous regardes. Si-si, Inna elle peut faire ça. Enfreindre la loi de la gravité. Même pas peur.

 

Jay-Z_2011En deuxième position, nous retrouvons Jay-Z, un rappeur américain né à Brooklyn en 1969. Outre le fait d’avoir vendu 50 millions d’albums à travers le monde, et d’être à la tête d’une fortune de 460 millions de dollars (approximativement, hein. On n’est pas au million près), il est en couple avec la chanteuse Beyoncé depuis 11 ans. Ensemble, ils ont eu une petite fille : Blue Ivy, en français Lierre Bleu. Débile. Magnifique.

En 2009, Jay-Z et Alicia Keys enregistrent un duo qui est un carton absolu : Empire State of Mind, hommage à la ville de New York et jeu de mot habile autour de l’Empire State Building. Créatif, qu’on vous dit. Dans cette chanson plutôt stimulante, Jay-Z explique que « Si je réussis ici, je peux réussir n’importe où », et c’est vrai qu’on se surprendrait presque à rêver de gloire nous aussi. Jusqu’à ce que…

 http://www.youtube.com/watch?v=xYAkhfJruLg&feature=youtu.be 

Allô ? Non mais allô ? J’sais pas, vous m’recevez ? Ce que le charmant Jay-Z tâche d’expliquer à sa baie vitrée, c’est :

« Mommy took a bus trip, Now she gotta bust out, Everybody rides her, Just like a bus route. »

 Ce qui pourrait se traduire, dans la langue de Molière, par : « Maman a voyagé en bus, Maintenant faut qu’elle se casse de là, Tout le monde la prend dans tous les sens, elle est comme une ligne de bus. »

On remarque la répétition l’usage fin et approprié de la métaphore du bus… Je ne connais pas la mère de Jay-Z, mais en tout cas elle m’a l’air d’une femme charmante.

 

T-PainEnfin, mon préféré : T-Pain. Rappeur lui aussi, il est né en 1985 en Floride. Alors oui, il est moins connu que Jay-Z, mais il a quand même fréquenté du beau monde. D’abord, Kayne West, dont le clip « Monster » a été jugé trop violent et sexiste pour être diffusé sur MTV. Et on parle de MTV, là, pas de la version télévisée de France Culture. Pour qu’ils censurent un truc, chez MTV, il faut quand même se lever tôt. Mais il est aussi copain avec Chris Brown, connu pour ses chansons et accessoirement pour avoir cogné sur Rihanna, sa petite amie… Bref, T-Pain connait du beau monde, et en 2007, il sort « Low », une chanson d’amour… Extrait :

http://www.youtube.com/watch?v=tqYx_f48cRE&feature=youtu.be

 « So sexual, so flexible. […] Work the pole, I got the bank roll. […] That’s what I told her, her legs on my shoulder […] Shawty was hot like a toaster, Sorry but I had to fold her, Like a pornography poster. »

 Mais que de poésie dans une seule chanson ; c’est presque trop : « Tellement sexuelle, tellement flexible. […] Vas-y utilise la barre de pole dance, moi je ramène les billets de banque. […] Voilà ce que je lui ai dit, quand elle avait ses jambes sur mes épaules […] La meuf était chaude comme un grille-pain, Désolé mais j’ai dû la plier en deux, Comme une affiche pornographique. »

Chaude comme un grille-pain ? Chaude comme un grille-pain ! NORMAL. Le mec espère choper avec cette phrase. D’accord. Nan mais OK.

Si vous aussi vous aimez la poésie, la mère de Jay-Z et les grille-pains, n’hésitez pas à m’envoyer vos paroles préférées par email. Je sens que cette rubrique a de beaux jours devant elle.

Publicités
Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :