A quelques pas de là…

Marie-Claire : « Féministes sexy mais pas soumises » — ou : La malhonnêteté journalistique

Posted on: 04/08/2013

Leçon de journalisme, deuxième partie :

Sortir les propos de leur contexte pour en déformer le sens.

Source : leroidec

Source : leroidec

Cette semaine, dans la série « Marie-Claire, si tu savais, tes articles où on s’les met » (oui, je suis vulgaire. Pas autant que la rédac’ cheffe de Marie-Claire, mais vulgaire quand même), nous entamons notre deuxième leçon de journalisme : comment manipuler les propos de « témoins » pour les faire coller à l’angle qu’on a choisi.

Pour les retardataires : lire, d’une part l’article de Marie-Claire : « Nouveau féminisme : des féministes sexy mais pas soumises« , et d’autre part notre Leçon de journalisme, première partie : Appâter la cible avec une description trompeuse.

Photo-affiche-sois-belle-et-tais-toi

Source : voirunfilm

Tout d’abord, il me faut (re-)préciser que, lorsque Corine Goldberger, rédactrice de l’article de Marie-Claire, a contacté l’association à laquelle j’appartiens, elle est arrivée avec une demande claire : l’articulation de la séduction et du féminisme. Elle voulait savoir comment les féministes s’y prenaient lorsqu’elles désiraient séduire un homme. (Oui, pour la journaliste de Marie-Claire, toutes les femmes, sans exception aucune, sont hétérosexuelles.)  

Or, dans sa version finale publiée dans les colonnes de Marie-Claire, l’article précise qu’il se demande « comment les femmes, militantes ou pas, conjuguent envie de plaire et ras-le-bol du sexisme au quotidien. » Un glissement subtil a donc été opéré par rapport à l’idée de départ : il ne s’agit plus seulement d’une situation de séduction bien définie. On parle maintenant du quotidien des femmes, et on suppose que ce quotidien est marqué par une donnée unique : l’envie de plaire.

pacte avec le diable

D’après : mysteredumonde

Et pour les boulets qui n’auraient pas compris qu’ici, c’est Marie-Claire, et pas Le Monde, l’envie de plaire se décline uniquement sur le plan physique. En effet, l’accroche de l’article fait référence aux Femen, qualifiées de « bombes à petits seins nus« , et au slogan féministe des années 1960 et 1970 : « Non à la femme objet« . D’un scénario de départ annoncé comme : « Comment une féministe s’y prend pour séduire », qui supposait aussi de séduire par son esprit, son sens de l’humour, ses anecdotes, etc., on est donc passé à : « Comment une femme, potentiellement féministe, met en avant ses atouts physiques dans la vie de tous les jours et s’arrange avec sa conscience ».

C’est dans ce sens-là que vont être interprétés l’ensemble des propos tenus en interview avec Corine Goldberger. Tout ce que les militantes de l’association à laquelle j’appartiens ont pu exprimer de façons différentes de séduire, à l’aide de qui on est vraiment et pas seulement en se mettant en avant comme un bout de viande, va être occulté au profit d’une ligne directrice unique : « Fait-on des compromis avec son féminisme pour coller quand même un minimum, ne serait-ce que de temps en temps, aux canons de la séduction hétérosexiste (*)? », comme l’a formulé un camarade de l’association.

Cela commence avec Emilie, « 25 ans ». Précisons tout de suite que Corine Goldberger n’a jamais demandé les âges des militantes. N’ayant sans doute pas jugé bon de fournir un travail exact, plutôt que de nous interroger à ce sujet, elle les a tout bonnement inventés. Elle a aussi « oublié » de préciser que « Garçes, une association d’étudiantes de Sciences Po« , est d’abord et avant tout une association féministe (Groupement d’Action et de Réflexion Contre l’Environnement Sexiste) et qui milite pour les droits des personnes Lesbiennes, Gays, Bies et Transsexuelles (LGBT). On est loin d’avoir affaire à des étudiantes ordinaires, les « militantes ou pas » du début de l’article. Marie-Claire oublie aussi de dire qu’il s’agit d’une association mixte, au sein de laquelle militent aussi des hommes. Faudrait pas que les lectrices s’imaginent qu’il existe autre chose que de gros connards machos intéressés uniquement par leur vagin et leur gêne du ménage.

Bref ! Sous la plume de Mme Goldberger, on dirait qu’Emilie a du mal à faire coïncider des valeurs personnelles mal définies avec la nécessité de jouer la pintade pour « pécho du relou hétérosexiste » (pour reprendre les termes du même camarade que précédemment) :

[MC] D’autres se débattent dans des dilemmes intimes pour faire rimer des envies et valeurs qui peuvent a priori paraître antagonistes. « Il existe un « code (implicite) de la séduction » hétéro qui s’accorde souvent mal avec la femme qu’on est dans la vie de tous les jours. Et qui génère une tension intérieure, sourit Emilie, 25 ans, étudiante. Faut-il jouer franc jeu dès le départ, quitte à faire fuir l’homme en face de moi ? Ou, au contraire, que je me conforme d’abord à l’image stéréotypée d’une femme sexy, douce et soumise, pour ensuite dévoiler ma véritable personnalité ? »

Or, ce qu’Emilie a écrit, dans la vraie vie, est un tantinet différent. D’abord, Emilie est comme l’ensemble de la population, elle ne « sourit » pas par email. Mais Corine Goldberger devait trouver qu’un sourire faisait mieux dans le paysage, qu’on pourrait presque croire à une complicité entre Emilie et elle. Alors elle l’a ajouté. Aucun problème.

Ensuite, Emilie ne parle pas de « code implicite de la séduction » comme s’il s’agissait d’un véritable modèle à suivre. Au contraire, elle parle de stéréotypes, véhiculés précisément par les magazines comme Marie-Claire :

[Réalité] A mon avis, il existe un « code de la séduction hétérosexuelle » largement véhiculé par les magazines

Source : dico-cuisine

Source : dico-cuisine

féminins qui pourrait se résumer comme suit. Pour un premier rendez-vous avec un inconnu, le but est de coller le plus possible à une certaine image de la femme : sexy, douce et soumise. Dans ce cadre, il est normal et presque attendu de « mettre en valeur ses atouts » physique, à savoir ses cheveux, sa poitrine, sa taille, ses fesses, ses jambes. Il est également de bon ton de parler doucement, de ne pas être vulgaire ni grossière. Par ailleurs, il faut ne pas intimider l’homme que l’on a en face de nous en n’étant pas trop spirituelle et en faisant attention à le mettre en valeur, à ce qu’il se sente supérieur.

Ensuite, à aucun moment elle n’explique se « débattre dans des dilemmes intimes » ou se trouver en présence d’une « tension intérieure« . Au contraire, pour elle, les choses sont claires :

Or, que l’on soit féministe ou pas, ce « code de la séduction » s’accorde mal avec la femme que l’on est dans la vie de tous les jours. La tension existe donc a priori pour toutes les femmes : comment séduire ? Faut-il que je me conforme à l’image stéréotypée d’une femme sexy, douce et soumise pour ensuite dévoiler ma véritable personnalité ? Ou faut-il au contraire jouer franc jeu dès le départ, quitte à faire fuir l’homme en face de moi ? Je pense qu’il y a là une question de projection que l’on fait sur l’homme avec qui on a rendez-vous. Soit on suppose que cet homme s’attend à ce qu’on colle au « code de la séduction ». Dans ce cas, si on veut lui plaire, on va se conformer à ce qu’on pense être ses attentes et jouer la carte de la « séduction-type ». Soit on pense que cet homme a d’autres attentes, auquel cas, pour le séduire, on sera plus naturelle. En

Source : wyrd

Source : wyrd

tant que féministe, je crois que la question ne se poserait pas. En effet, si je pense que l’homme en face de moi a des attentes que je juge stéréotypées (femme sexy, douce et soumise), il y a de grandes chances pour que je n’ai pas envie de le séduire.

Mais ça, bien sûr, ça ne collait pas du tout avec la ligne choisie par les Goldberger & Co., et c’est donc tout naturellement passé à la trappe. Quant au passage sur la « fiesta entre amis« , Corine Goldberger continue à occulter allègrement toute mention du féminisme d’Emilie, et donc tout ce qui contribue à expliquer pourquoi elle se sent à l’aise avec elle-même et peut séduire autrement qu’en mettant ses nichons en avant dans un Wonderbra. Mme Goldberger rappelle d’ailleurs à quel point le « code de la séduction » que Marie-Claire décortique régulièrement pour ses pauvres cruches de lectrices, incapables de séduire par elles-mêmes, est une réalité :

[MC] Dans la pratique, on connaît souvent déjà au moins un peu l’homme avec qui on a envie de sortir (ne serait-ce que depuis quelques heures, dans une fiesta chez des amis). Donc l’homme en question ne s’attend vraisemblablement pas ou plus à ce que je colle au « code de la séduction » classique. Ce qui m’arrange…

On remarque que l’Homme est présenté comme une cible qu’il faut appâter en se conformant au « code » en question. L’idée

Source : 123rf

Source : 123rf

qu’un homme puisse être attiré naturellement par une femme, sans qu’elle ait besoin de recourir à des stratégies au cours desquelles elle déformerait qui elle est réellement, dépasse sans doute complètement Marie-Claire. Voici ce qu’Emilie disait réellement :

[Réalité] D’autres part, féministe ou pas, il me semble que le « premier rendez-vous » relève plus du mythe que d’une situation réelle. Dans la pratique (sauf peut-être dans le cas de la rencontre par internet, et encore) nous connaissons souvent les hommes d’abord dans un autre cadre que le cadre romantique (ne serait-ce que quelques heures dans une soirée entre ami.e.s). Dans la mesure où la personne nous a déjà vu évoluer auparavant, le premier rendez-vous en tête à tête dans lequel il y a une tension amoureuse se déroule assez loin du « code de la séduction »; il est plus naturel. Pour ma part, j’ajoute que comme je me revendique assez volontiers féministe dans des cadres ordinaires, l’homme en question ne s’attendra vraisemblablement pas à ce que je colle au « code de la séduction », ce qui m’arrange.

Vient ensuite le témoignage de Marie, soi-disant 25 ans :

Source : bleuchalou

Source : bleuchalou

[MC] Un homme qui rejetterait l’égalité femmes-hommes deviendrait instantanément sans intérêt à mes yeux. L’engagement féministe a pour moi une importance égale à d’autres combats humanistes. Je ne renierais pas mes idées, comme je ne deviendrais pas raciste ou végétarienne, pour un homme, juste pour lui plaire. J’ai besoin de sincérité dans la durée. Pour moi, la séduction ne peut pas avoir pour soubassement un travestissement, qu’il soit vestimentaire ou intellectuel. La vraie question que je me pose si je fais fuir en étant moi-même : « Avais-je vraiment envie de plaire à un homme comme lui ? » La réponse tient en trois lettres : « Non ».

On est ici face à des modifications légères, mais réelles, des propos tenus. Ainsi, en lieu et place de « l’égalité femmes-hommes« , Marie parle de féminisme, un gros mot que Corine Goldberger a l’air d’avoir peur d’écrire. Par ailleurs, certaines phrases de Marie sont raccourcies et transformées. Ainsi, le lapidaire : « J’ai besoin de sincérité dans la durée« , qui implique que cela n’est pas le cas dans une situation de séduction, était en réalité élaboré différemment par Marie :

[Réalité] « La séduction ne peut être pérenne que dans la sincérité. J’envisage en effet une relation amoureuse

Source : jadorejadhere

Source : jadorejadhere

dans une relative durée et il devient inopérant de mentir ou de se travestir, le « vernis » (si vous me passez cette référence…) finit toujours par s’écailler. Je joue donc toujours carte sur table, et advienne que pourra. »

On n’est donc pas dans l’invention complète et le mensonge, punis par la loi, mais dans la manipulation subtile qui, encadrée correctement, transforme le sens des propos originels. On a ainsi l’impression qu’au début d’une relation, dans une situation de séduction, Marie est capable de faire des compromis, qui s’apparentent à des renoncements :

[MC] Lorsqu’on est attirée, on cherche à éviter les sujets qui fâchent, à privilégier ce qui rassemble plutôt que ce qui sépare.
Les compromis acceptables dans une relation débutante…

On est donc en plein dans la ligne définie par Marie-Claire : les féministes mettent effectivement, de temps en temps, leurs convictions de côté pour attirer dans leurs filets des mecs, des vrais, de « bons vieux machos« .
 

Source : pourlefan

Source : pourlefan

Nouveau témoignage, nouvelle manipulation. Les affirmations plutôt radicales d’Emeline, sont coupées de façon opportune par Corinne Goldberger à un endroit qui l’arrange :

[MC] Etre féministe m’a permis d’affirmer mes choix ­ genre, je ne m’épile pas, parce que ça prend trop temps et que j’ai plein de trucs à faire qui m’intéressent plus. Ça me permet aussi de ne pas me demander en premier lieu : « Qu’est-ce qu’il désire ? », mais plutôt : « Qu’est-ce que je veux, moi ? » Mais attention, je ne dis pas que ne pas s’épiler est synonyme d’émancipation.

On serait à la télé, elle nous caserait une coupure pub, avec un spot pour la cire Veet, un pour les rasoirs Vénus et une tartine d’autres avec des femmes-objets. Ca dénoterait pas tellement dans le paysage, puisque « ne pas s’épiler n’est pas synonyme d’émancipation« . Sauf que Corinne Goldberger « oublie » juste de préciser le fond de la pensée d’Emeline et a même réorganisé un tantinet son intervention, coupant çà et là ce qui dépassait :

[Réalité] Perso, être féministe m’a permis d’avoir confiance en moi au quotidien et d’affirmer mes choix: genre, je m’épile pas (vu que ça a l’air d’être un thème récurrent), parce que ça prend trop temps et que j’ai plein de

Source : chezmanima

Source : chezmanima

trucs à faire qui m’intéressent plus. En plus ça fait mal et ça coûte cher. [Phrase déplacée ailleurs :] Je ne considère pas pour autant que ne pas s’épiler est synonyme d’émancipation. L’essentiel, c’est de pouvoir choisir et de se sentir bien. Même si parfois, on a pas le choix (au boulot par exemple). Mais ce non-choix, il est provisoire hein, parce qu’on va les détruire ces normes à la con :p
[…] Donc en fait, être féministe, ça me permet de ne pas me demander en 1er lieu « qu’est-ce que veut la personne en face? » mais plutôt de me demander « qu’est-ce que je veux moi? ». Une fois que je suis sûre de moi, j’arrive beaucoup mieux à penser aux autres.

Le reste de l’article est du même acabit. Insistance sur les passages dans lesquels les jeunes femmes disent qu’elles portent des jupes en oubliant les passages au cours desquels elles insistent sur l’importance d’avoir le choix. Oubli de mentionner toutes les fois où ces jeunes femmes expliquent que le féminisme leur a permis de comprendre les normes et les codes imposés aux femmes. Coupe sombre au moment où elles expliquent que comprendre ces normes leur a permis de se sentir libres, et légitimes, et belles, et que tout cela leur permet de séduire plus aisément.

Stéréotypes gros comme le nombre de fois où Marie-Claire parle de régimes : les hommes auraient des « pulsions » qui empêcheraient les femmes de s’habiller correctement.  

Perspective tronquée de la littérature, en ne mentionnant que le livre de Jennifer K. Armstrong et Heather W. Rudulph (« Féminisme Sexy, Le guide permettant aux filles d’obtenir amour, succès et style ») qui, on l’aura compris, est loin de prôner l’émancipation.

Interview d’un philosophe dont les propos, peut-être coupés et/ou manipulés eux-aussi, paraissent complètement stupides :

Evidemment, pour nous les hommes, c’est plus complexe. Avant, les femmes étaient en uniforme, aujourd’hui elles nous tendent des pièges : ainsi, elles peuvent porter un push-up mais ne pas être épilées et être moulées dans un jean bio.

Comme le dit un autre camarade militant : « C’est vrai, aujourd’hui les femmes ont même le droit de choisir

leurs vêtements. Mais où va le monde ?! »

 

(*) Hétérosexiste : sexiste, et qui érige en norme universelle un certain modèle hétérosexuel : l’homme et la femme dans des rôles bien définis et inchangeables.

2 Réponses to "Marie-Claire : « Féministes sexy mais pas soumises » — ou : La malhonnêteté journalistique"

[…] féministes sur de grands thèmes de société : GPA, PMA, port du voile… Bon, en vrai, le journalisme étant ce qu’il est, le titre est beaucoup plus racoleur : « Peut-on être féministe et défendre le voile, le […]

[…] Claire (un magazine que j’affectionne tout particulièrement pour sa rigueur journaliste) : "Maigrir, c’est dans la tête" ("Marie Claire ! Psychologie Magazine ! Au […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

%d blogueurs aiment cette page :