A quelques pas de là…

Une « Vie De Merde ». Un viol. Vomir.

Posted on: 30/10/2013

Mardi 29 octobre 2013, 02h23. La perspective de retourner enseigner au collège me noue le ventre. Je ne dors pas. Pas assez fatiguée pour dormir, trop fatiguée pour faire quelque chose de constructif. Je prends mon téléphone. J’ouvre la page internet du site humoristique « Vie De Merde ».

 

Je lis :

Aujourd’hui, je me suis fait réveiller par une fellation. C’est la dernière fois que je dors la bouche ouverte. VDM

 

Décharge d’adrénaline dans mes viscères. Je relis. Abasourdie. Comment l’histoire d’un viol peut-elle se retrouver sur un site humoristique, au milieu d’anecdotes sur les exploits de chats et les gaffes des petit(e)s enfants ? C’est glauque. Il est 2h du matin, je vois 207 commentaires s’afficher. Je clique.

 

Une bombe explose dans ma tête. Comment peut-on vivre dans un monde si con. Je lis :

« C’est un mec ou une fille qui a posté cette VDM ? Parce que si c’est une meuf, ça passe, mais si c’est un gars, c’est gore ! » Un(e) abruti(e) renchérit : « Si l’auteur est un mec, c’est carrément hard ! »

Des vannes : « Petit déjeuner au lit », « Madame reprendra bien du saucisson ? ». Agrémenté des smileys de circonstances.

Et quand même, surnageant avec peine : « Mais… cette VDM… c’est un viol ! » Provoquant des réactions outrées : « Il faut arrêter de crier au viol partout. On est sur un site d’humour. C’est avec des réactions comme ça qu’on minimise les vrais viols. » Ou encore : « Vous préférez pleurer de tout ce qui vous tombe dessus ? Moi, et les autres VDMiens, on préfère en rire. » Et même : « Ah bon, c’est un viol ? Alors quand je caresse les cheveux de ma copine quand elle dort pour la réveiller doucement, c’est un attouchement aussi ? »

 

Et finalement : « Sauf que c’est comme ça que je me suis fait violer. J’ai mis des années avant de poser des mots sur ce qu’il s’était passé, à comprendre mes réticences, mes angoisses. Oui, une pénétration non consentie, c’est un viol. Et cette VDM participe à la banalisation du viol. Je ne félicite pas les abrutis qui ont permis qu’elle passe la modération. » Et quelqu’un d’autre : « J’ai envoyé un message à Julien pour que cette VDM soit supprimée. »

 

Choc. Pas la force d’allumer mon ordinateur, j’élabore dans ma tête l’email incendiaire que j’enverrais au fameux Julien, administrateur du site, si cette VDM macabre est encore là au petit matin.

 

Une pénétration non consentie, qu’elle soit subie par un homme, une femme, un garçon, une fille, qu’elle soit orale, anale, ou vaginale, qu’elle soit le fait d’un homme, d’une femme, d’un garçon, d’une fille, qu’elle soit le fait d’un(e) étranger(e), d’un(e) membre de la famille, d’un(e) ami(e), d’un(e) compagnon ou d’une compagne, d’un mari ou d’une femme, d’un(e) professeur(e), d’un(e) patron, d’un(e) client(e), que la victime se débatte ou qu’elle ne se débatte pas, qu’elle dure une minute ou une heure, une pénétration non consentie, c’est un VIOL. Et il y en a 205 par jour. 75 000 par an.

 

Il faut lire à ce sujet les témoignages recueillis sur le blog : « Je connais un violeur ». Non, la plupart des viols n’ont pas lieu dans une allée sombre. Ils sont le fait de proches, amis, petits amis, professeurs, membre de la famille. Personnes en qui nous avons confiance. Personnes qui seraient incapables de faire cela. Alors si elles en sont incapables, c’est qu’elles ne l’ont pas fait. Alors si elles ne l’ont pas fait, c’est que tout est dans ma tête. Les blocages, les angoisses, les traumatismes.

 

Non, la plupart des victimes de viol ne hurlent pas à la mort. Elles ne comprennent pas. Comment peut-il. Il ne peut pas. Mon père, mon oncle, cet ami, mon copain n’est pas un violeur. Alors ça n’est pas un viol. Il est en moi, là. J’ai dit non pourtant. NON. Re-NON. Il ne peut pas. Il est tellement […]. Si lui ne peut pas, alors ça doit être de ma faute. C’est ce que j’ai dit, ou fait. J’aurais dû. J’aurais pas dû. Oui, c’est ça. Si j’avais […] il aurait pas […].

 

Ouvrons les yeux, Bon Dieu. Oui, la société a un rôle à jouer. Au lieu de dire à nos filles de faire attention à ne pas se faire violer, pourquoi ne disons-nous pas à nos garçons de respecter le consentement de leurs partenaires ? Quand est-ce qu’on se débarrassera enfin du mythe du « quand la fille dit non, c’est qu’elle veut dire oui » ? Peut-on arrêter de préciser comment était habillée une victime de viol ? Pourquoi dit-on « elle s’est fait violer », comme « elle s’est fait livrer un canapé » ou « elle s’est fait couper les cheveux », comme si elle avait eu une part de choix, de décision, une marge d’action ? Pourquoi ne pas dire simplement : « elle a été violée » ?

 

Pourquoi n’apprend-on pas à nos enfants qu’un consentement donné une fois n’est pas valable toujours ? Que ça n’est pas parce que je danse avec toi que tu peux m’embrasser ? Que ce n’est pas parce que je t’embrasse que je dois te laisser me peloter ? Que le concept « d’allumeuse » est à brûler ? Que la façon dont je m’habille, me maquille, parle, bouge, n’a absolument aucun rapport avec ce que tu as le droit de me faire ? Que ce n’est pas parce que je dis oui à Pierre que je dois dire oui à Paul ? Que ce n’est pas parce que je t’ai dit oui hier que je dois te dire oui ce soir ? Que ce n’est pas parce que je suis en couple avec toi que je dois toujours dire oui ou dois dire oui à tout ? Que céder n’est pas consentir ? Que si tu me forces et que je ne résiste pas, ça ne veut pas dire que je consens ?

 

J’achève la lecture des commentaires de l’anecdote « Vie De Merde ». Dégoût. Découragement. Révolte. Au matin, elle a disparu.

 

 

Quelques liens :

  • Le blog « Je connais un violeur » : L’image du violeur psychopathe vivant en marge de la société est un mythe qui ne concerne qu’une faible minorité d’entre eux. […] Dans 80% des cas, l’agresseur était connu de la victime. […] Ils étaient nos amis, nos partenaires, des membres de notre famille ou de notre entourage. Nous connaissons des violeurs : laissez-nous vous les présenter.
  • L’article du collectif féministe Garçes sur la notion de consentement dans la sexualité.
Publicités

1 Response to "Une « Vie De Merde ». Un viol. Vomir."

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :