A quelques pas de là…

Retouch my body : les photos non retouchées de Mariah Carey nous permettent de respirer

Posted on: 15/07/2014

Cette semaine, le site internet Jezebel a publié sur son site internet les photos non retouchées du shooting de la chanteuse Mariah Carey (interprète de la chanson « Touch My Body », d’où le jeu de mots. Quel talent.) par le photographe Terry Richardson.

Il m’a semblé intéressant de les republier ici.

Quelques remarques au sujet de ces clichés. D’abord, Mariah Carey a quarante-quatre ans, et elle a accouché de jumeaux en 2011. Aux yeux de n’importe qui, ses photos non retouchées montreraient donc un corps parfaitement normal, à l’exception peut-être de son visage, qui semble avoir subi quelques liftings et autres injections de botox. Mais dans la société malade qui est la nôtre, une femme de quarante-quatre ans ayant accouché de jumeaux doit présenter à la face du monde un corps mince, bronzé et ferme, que la plupart des jeunes femmes d’une vingtaine d’années ne possède même pas.

Le cas de Terry Richardson est également problématique. L’homme qui pose avec elle sur la dernière photo est l’un des photographes les plus puissants de l’industrie de la mode. Il a travaillé pour Yves Saint-Laurent, Jimmy Choo, Miu Miu, Marc Jacobs, Tom Ford, pris des photos publiées dans Vogue, Vanity Fair, Harper’s Bazaar, réalisé les clips de chansons de Beyoncé, Miley Cyrus, Lady Gaga et Taylor Swift ; la liste est longue.

Son « style » a longtemps porté l’étiquette « soft porn », « porno doux », en raison de la proximité de son « art » avec des clichés pornographiques. Cependant, récemment, plusieurs mannequins inconnues du grand public ont pris la parole pour dénoncer un comportement déplacé et des agressions sexuelles pendant les shootings. Charlotte Waters a d’abord publié son histoire anonymement sur un forum, avant, devant l’ampleur prise par les évènements, de décider de révéler son identité et de confirmer son histoire dans les médias.

Il a mis son pouce dans ma bouche, ce que j’ai trouvé bizarre, mais je n’ai pas relevé. Ensuite, il s’est reculé et m’a demandé de me déshabiller. J’étais venue en sachant qu’il y aurait des clichés de nu, donc à ce moment-là, j’étais toujours parfaitement à l’aise. […] Son assistante et lui me faisaient beaucoup de compliments, ce qui était un peu différent de mes autres expériences [de modèle photo]. […] Avec le recul, il est évident que Richardson faisait des efforts pour que la jeune fille de 19 ans que j’étais se sente incroyable, spéciale. Mes vêtements ont fini par être tous enlevés, et il prenait toujours des photos. Ensuite, il s’est approché et m’a demandé de tenir la ceinture de son pantalon, pendant qu’il prenait des photos avec l’appareil dirigé vers le bas. A ce moment-là, les choses ont commencé à aller dans la mauvaise direction, mais j’avais toujours confiance en lui, donc je me suis contentée de faire ce qu’il me disait. Mais ensuite, il m’a demandé de déboutonner son pantalon, il a sorti son pénis, et les choses ont empiré après ça. J’avais l’impression que j’étais déjà allée trop loin et que je ne pouvais plus partir, ce qui semble fou, mais j’avais la mentalité d’une jeune fille de 19 ans. […] J’étais complètement paralysée et terrifiée. […] Une fois son pénis sorti, il a pris des photos en me demandant de le tenir. Ensuite, nous sommes allés sur le canapé, il m’a fait poser dos à lui et je l’ai littéralement senti s’approcher et lécher mes fesses. […] Il me léchait et son assistante s’est approchée et a commencé à prendre des photos. […] Il m’a dit de pratiquer sur lui une fellation. Il a commencé à m’embrasser avec agressivité. […] Il me donnait des ordres : « OK, presse mes couilles », « OK, mets ma b*te dans ta bouche », « OK maintenant embrasse-moi. » […] Il a éjaculé sur mon visage. […] Son assistante se tenait juste à côté.

Jamie Peck, qui avait elle aussi 19 ans à l’époque, a également pris la parole pour dénoncer des choses similaires.

Je lui ai dit que j’avais mes règles, et que je voulais garder mes sous-vêtements, et il m’a demandé d’enlever mon tampon pour qu’il puisse jouer avec. […] J’ai poliment décliné son offre de faire du thé avec mon tampon sanguinolent. C’est là qu’il a décidé, comme ça, de se déshabiller. […] « Pourquoi tu ne prendrais pas des photos de moi ? » m’a-t-il demandé. […] Je ne suis pas sûre de la façon dont il s’y est pris pour m’amener sur le canapé, mais à un moment, il a suggéré, avec insistance, que je touche son pénis terrifiant. […] J’ai probablement mentionné mes partiels, parce qu’il m’a dit : « Si tu me fais jouir, tu auras un 20/20. » Alors je l’ai fait ! Assez vite, j’ajouterais. J’en avais partout sur la main gauche. Son assistante m’a tendu une serviette.

D’autres témoignages sont venus corroborer ces premiers. Des jeunes modèles photos sans expériences, terrifiées et impressionnées par ce monstre de la mode, qui n’ont pas osé dire non parce que la balance du pouvoir ne penchait pas dans leur sens.

Au début, il m’a demandé de me masturber, et m’a demandé des choses qui m’ont vraiment perturbée. Il a dit que ce n’était pas du porno, parce que les photos étaient inanimées. […]  Ses assistants étaient là : « Tu penses que toutes ces célébrités feraient des photos avec lui s’il faisait du porno ? » Finalement, il m’a fait me baisser et pratiquer une fellation et a pris des photos de lui-même éjaculant sur mon visage, ce que je n’avais jamais fait de ma vie, et quand je suis allée dans la salle de bain me nettoyer, je pouvais l’entendre plaisanter avec ses assistants à propos de ce qui venait de se passer.

Une mannequin nommée Emma Appleton a même posté sur Twitter un message provenant de Terry Richardson dans lequel il lui propose un shooting pour Vogue en échange de relations sexuelles. La porte-parole du photographe a assuré que le message était un faux.

Ce furent enfin au tour de voix connues de s’élever : Sarah Ziff, ancien mannequin, puis surtout Rie Rasmussen, ancien mannequin devenue réalisatrice. Cette dernière a en effet interpellé Richardson en public, pendant une fête donnée à l’occasion de la Fashion Week de Paris. Elle le narre dans The Guardian :

Je lui ai dit : « Ce que tu fais est complètement dégradant pour les femmes. J’espère que tu sais que tu ne *** des filles que parce que tu as un appareil photo, beaucoup de contacts dans le monde de la mode, et que tes photos apparaissent dans Vogue. » […] Il prend des filles qui sont jeunes, les manipule pour qu’elles enlèvent leurs vêtements, et prend des photos d’elles dont elles auront honte. Elles ont trop peur pour dire « non », parce que leur agence leur a trouvé ce travail, et elles sont trop jeunes pour se défendre. Son « style », ce sont des filles qui paraissent mineures, traumatisées, accro à l’héroïne… Je ne comprends pas comment qui que ce soit travaille avec lui. »

Pour Dunja Knezevic, mannequin britannique qui aide les mannequins à obtenir des droits syndicaux : « [L’exploitation potentielle des mannequins] est un sujet sensible. Personne ne veut en parler. Les filles veulent travailler et ne veulent pas être mise sur liste noire. »

Visiblement, Mariah Carey (comme Barack Obama, d’ailleurs) fait partie de ces gens-là, qui regardent de l’autre côté, fermant les yeux sur le comportement honteux d’un photographe qui abuse de sa position dominante et de son pouvoir pour obtenir des jeunes mannequins qu’ « on » lui envoie des photos auxquelles elles ne consentent pas. Et « on » ferait bien de se demander si « on » enverrait ses propres enfants chez Richardson, au moment de confirmer le « travail » de ces jeunes femmes.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :