A quelques pas de là…

Harcèlement au travail : ce que je n’ai pas vu

Posted on: 27/06/2017

Les droits des femmes, c’est mon gagne-pain. J’en fais à longueur de journée, et même encore après. Alors les histoires de harcèlement sexiste au travail, vous pensez si ça me connaît. Je sais nommer, définir, qualifier, je connais les textes de loi, le Code du Travail, la prévention, la répression.

Mais c’ui-là, je ne l’ai pas vu venir…

 

Que dit la loi ?

Pendant longtemps, on a considéré le harcèlement à l’égard des femmes au travail sous l’angle unique du harcèlement sexuel. En relevait « toute forme de pression exercée dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle ».

Heureusement, la législation a évolué. En premier lieu, elle a modifié le texte existant. Ainsi, relève désormais du harcèlement sexuel « le fait, même non répété, d’user de toute forme de pression exercée dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle ».

La législation a également ajouté une interdiction supplémentaire. Sont désormais aussi interdits les « propos ou comportements à connotation sexuelle, répétés, qui soit portent atteinte à la dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent une situation intimidante, hostile ou offensante ». Une circulaire du 7 août 2012 du Ministère de la Justice précise le champ d’application de cette loi :

  • Propos ou comportements : paroles, gestes, envois ou remises de courriers ou d’objets, attitudes…
  • Répétés : commis à au moins deux reprises, sans délai maximal ou minimal entre les deux reprises
  • Portent atteinte à la dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant : ouvertement sexistes, grivois, obscènes et/ou homophobes, transphobes
  • Créent une situation intimidante, hostile ou offensante : ayant pour conséquence de rendre insupportable les conditions de vie, de travail ou d’hébergement de la victime

Le délit est constitué si ces paroles ou comportements sont effectués sans le consentement de la victime. La circulaire précise qu’un silence permanent face aux agissements ou une demande d’intervention auprès de la hiérarchie doit être considéré comme une absence de consentement. Il n’est donc pas nécessaire que la victime demande directement et explicitement à l’auteur de cesser.

 

Pendant ce temps, dans le royaume de Fort Fort Lointain…

Etant passionnée par les questions d’égalité femmes/hommes, j’ai eu l’occasion de discuter avec un copain de toutes les inégalités subies par les femmes, des attitudes du quotidien aux discriminations patentes.

Je lui expliquai donc que j’avais le sentiment que les femmes devaient en faire beaucoup plus pour obtenir la même reconnaissance que les hommes. Dans la sphère professionnelle par exemple, il est extrêmement fréquent que je voie des chefs désinvoltes, qui se permettent des approximations, un manque de préparation, etc. Dans le même temps, je constate que leurs adjointes bossent comme des dingues pour faire tourner la boutique et que, si elles osent une seule fois venir peu préparées ou faire preuve de poigne, tout le monde leur tombe dessus.

J’ajoutai à l’attention du dit copain qu’il fallait aussi tenir compte de tout le reste : l’intériorisation de la menace permanente que constituent les commentaires sexistes dégradants, le harcèlement de rue qui oblige, même dans les petites villes de province (je le sais, j’y habite !) à modifier son comportement…

Je précisai d’ailleurs que j’avais pu constater que les commentaires les plus sexistes ne venaient pas toujours des hommes…

Et au moment même où je disais cela, j’ai tout à coup eu une sorte de grand flash dans mon cerveau : ma supérieure hiérarchique directe (ma n+1) est une spécialiste en la matière. Par exemple, son supérieur à elle (mon n+2) a eu vent de mon travail par d’autres responsables avec lesquels je collabore. Il a fait savoir à ma supérieure qu’il appréciait mon travail et souhaitait que je puisse le tenir informé de la progression de mes dossiers.

Depuis, chaque fois qu’elle le peut, ma supérieure ricane que le n+2 ne voit pas assez « sa jolie responsable ». Il ne m’a « pas bien vue ». La situation doit la travailler parce qu’elle fait ce genre de commentaires extrêmement fréquemment. Et quand ce n’est pas lié à mon n+2, c’est pour expliquer la bonne collaboration que je peux avoir avec tel ou tel responsable de structure. Je leur ai « tapé dans l’oeil ».

Ce faisant, elle me réduit régulièrement à mon apparence. Mes efforts, mon travail passent ainsi au second plan. Je ne déploie plus de compétences professionnelles. Je ne suis plus la responsable de X et Y, qui a mené avec succès des négociations compliquées et est parvenue à faire avancer des dossiers importants. Non, tout cela disparaît. Je suis juste un physique, un truc qui se voit.

Et, tout à coup, second flash dans mon cerveau. Mais, mais… Ces propos répétés, ouvertement sexistes, qui portent atteinte à ma dignité en raison de leur caractère dégradant… cela porte un nom… Harcèlement sexuel.

 

C’est toujours plus facile à repérer lorsqu’il s’agit d’autrui, n’est-ce pas ?

Publicités

3 Réponses to "Harcèlement au travail : ce que je n’ai pas vu"

Cette femme doit avoir un problème d’estime d’elle même. En même temps c’est parfois dur de s’en rendre compte et de ne pas faire comme tous le monde c’est à dire être sexiste. C’est tellement banalisé 😕

Je pensais, comme toi, qu’elle ne s’en rendait pas compte. Et puis j’ai réalisé que, pour parler de la même chose, elle tourne ses phrases différemment selon qu’elle est seule avec moi ou en présence d’une personne extérieure à notre structure… :-X

C’est vrai que c’est dur. Même moi, j’ai mis du temps à mettre cette étiquette-là sur ses propos !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :