A quelques pas de là…

Je suis une femme forte et indépendante, et parfois, c’est un peu pénible

Posted on: 08/08/2017

Je suis rentrée de vacances la semaine dernière. A l’étranger, j’ai pris un bus jusqu’à l’aéroport, un avion jusqu’à Paris-Beauvais, une navette jusqu’à la Porte Maillot, et deux métros jusqu’à l’immeuble du copain du copain (oui-oui : à Paris, en août, il n’y a plus grand monde à mobiliser !) sur le canapé duquel je devais m’effondrer pour la nuit.

C’est au pied de son immeuble qu’il m’a proposé de monter les 12 kg de ma valise au 4e étage, chez lui. Crevée, j’ai failli accepter quand mon surmoi m’a rattrapée par le col, de justesse : « Hep, hep, hep, tu fais quoi, là ? Tu veux l’égalité ou pas ? On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, alors TU PORTES TA VALISE. » Et j’ai porté ma valise.

C’est quand même pénible, d’être une femme forte et indépendante. La plupart du temps, ça consiste surtout à se foutre des coups de pieds aux fesses pour faire les trucs toute seule.

Sur le principe, effectivement, on ne peut pas avoir tout et son contraire, réclamer l’égalité et se rétracter dès qu’il faut porter un truc lourd.

Mais, au quotidien, il m’apporte quoi, mon féminisme ? Comme une femme sur cinq, je me prends des remarques sexistes dans la tronche au travail. Comme toutes les femmes (98%), je subis des agressions verbales quand je me promène dans la rue. Je regarde les mêmes séries sexistes, les mêmes films sexistes que tout le monde, j’écoute les mêmes musiques sexistes, je vois les mêmes pubs sexistes que le ou la non-féministe de base. Je ne vis avec personne, donc je n’ai même pas la satisfaction de me dire que mon ou ma partenaire fait sa part des tâches ménagères.

En revanche, je paye ma part au restau, je porte des cartons, des matelas, des canapés-lits quand il faut déménager, je soulève des valises quand il est 23h. Alors, alors ?

 

Publicités

3 Réponses to "Je suis une femme forte et indépendante, et parfois, c’est un peu pénible"

1/ Vous pratiquez l’autonomie. N’en avez-vous pas une fierté et donc une satisfaction ? 2/ Vous subissez la domination masculine. Oui, et il ne suffit pas de porter une valise pour saper cette forteresse ! 3/ Donc vous êtes féministe pour saper collectivement la forteresse masculine. 4/ Au fond, les valises portées par un autre, c’est moins important, pour autant : a/ que vous gardiez votre autonomie b/ qu’il ne se croie pas le plus fort et montrant qu’il l’est (Aîe, vous lui dites : je pourrais la porter mais là, je suis plus bonne à rien), c/ qu’il ne croie pas qu’il mérite une récompense immédiate pour son altruisme (Aîe, vous vous dites qu’il ne me fera pas peur), d/ qu’il ne prenne pas la position paternaliste patriarcale mais se comporte comme un frère ou une soeur qui prend soin de l’autre.
Bref, vous négociez tout cela d’un regard au pied de l’escalier !
(juste pour faire avancer le Shmilblick…)

J’aime bien votre façon de penser. 🙂

Après avoir écrit cet article, je me suis demandé : « Est-ce que je proposerais à un invité de porter sa valise, si la situation était inversée et que j’accueillais chez moi un voyageur éreinté ? » Et en fait, probablement que oui, je le proposerais (et probablement qu’il refuserait, mais c’est une autre histoire et, après tout, ce serait son problème, pas le mien !).

Alors, bon, je suppose que vous avez raison et que la prochaine fois, je lâcherai mon bagage !

Encore une fois, le comportement de l’homme dominant et de la femme dominée n’ont pas la même signification. Pour lui, éreinté, se laisser porter sa valise (et le reste) n’entraîne pas un signe de faiblesse, sauf s’il veut parader. Et que la femme se soucie de lui est « tout naturel » (à elle) — bien que ce soit culturel, Pour elle, éreintée, c’est un aveu de dépendance ! Et venant de lui c’est pas un souci naturel ! c-a-d que ce n’est pas dans sa culture de genre. Donc il faut par le regard ou les mots déjouer/déconstruire la création d’une dépendance et d’une servilité féminine.
« Oui, porte ma valise, je suis éreintée. Et qu’au moins, tes muscles servent pour une fois à quelque chose d’utile ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :