A quelques pas de là…

Posts Tagged ‘Napa et Yosemite

Deuxième jour à Yosemite et trajet du retour.

8h : réveil en fanfare par deux de mes camarades qui s’ennuient fermement depuis 7h du mat’. Je bougonne, je bougonne, puis décide de me terrer dans la « salle de douche », histoire de cuver ma mauvaise humeur. Toujours fidèle à son nom de marque, le « Yosemite Bug Rustic Mountain Resort » ne s’est pas embarrassé de détail lors de la conception de la salle de bain : une dalle de béton pour le sol, trois panneaux de bois pour la séparation, un trou dans le sol et d’un pommeau en alu. Bien. 

P’tit déjeuner (deux toasts et deux oeufs au plat) avalé en speed, je reprends le volant et nous conduis à nouveau à l’intérieur de Yosemite Park. 

La destination d’aujourd’hui, ce sont les Bridalveil Falls, les chutes du voile de la mariée. La tribu amérindienne des Ahwahnichis croyait que s’y cachait l’esprit vengeur Pohono, dont le nom signifie « l’esprit du vent qui souffle ». Pohono gardait l’entrée de la vallée de Yosemite, et frappait de malheur quiconque oserait regarder les chutes en face. Paradoxalement, quiconque inhalerait la brume émanant des chutes améliorerait ses chances de se marier. 

Après une courte randonnée d’une vingtaine de minutes sur sol plat (oui, c’est ça, une promenade, en fait ^^)…

… nous voici en face de ces jolies chutes d’eaux, et du charmant paysage qui les entoure : 

Puis, il est temps de repartir. Nous décidons de nous arrêter pour prendre des photos de la vallée depuis « Valley Floor Point » (?? Il n’est mentionné nulle part, et à l’heure actuelle, je me demande toujours s’il existe vraiment, ou si la copine à tendance j’étale-ma-confiture qui voyageait avec nous a inventé ce point d’observation de toutes pièces…). Bref, officielle ou pas, la vue était quand même très jolie. Du coup j’ai bien été obligée de lui pardonner :

Enfin, dernier arrêt photo avant la route du retour : Tunnel View Point. Au loin, sur la droite, vous pouvez apercevoir le Demi Dôme, que nous avons admiré hier. Au premier plan, toujours sur la droite, les Bridalveil Falls dont nous revenons tout juste. Sur la gauche, El Capitan, le plus gros bloc de granite du monde, que nous avions vu en arrivant. (NB : N’oubliez pas que vous pouvez cliquer sur la photo pour l’agrandir.)

C’est la tête pleine de belles images, les poumons remplis d’un air frais et les yeux pétillants d’excitation face à tant de belles choses que nous grimpons dans la Ford (une p’tite photo ? ;)). 

Comptez encore 480 kilomètres pour aller rendre la voiture, puis 160 de plus pour rentrer chez nous avant de considérer ce voyage achevé. L’impression qui domine est celle d’un voyage très fatiguant, avec beaucoup de route pour peu de temps sur place. Napa fut une déception pour moi, mais j’ai été ravie de découvrir Yosemite sous le soleil. J’avais l’envie d’y retourner depuis Mars, où nous avions tenté d’y passer quelques jours. Malheureusement, une tempête de neige nous avait bloqués à 85 km de là, sans électricité pendant toute la durée de notre séjour… Mais ceci une autre histoire… 😉

Publicités

Arrivée à Yosemite.

Quatrième jour dans le nord. (Alors oui, effectivement, il manque le jour 3. Mais sachant que la journée a été occupée à parcourir 3 km à pieds, puis 30 km à vélo, je me suis dit qu’on n’allait peut-être pas épiloguer là-dessus… On sent l’aigreur transparaître dans mes propos, ou pas ?)

11h30 : départ pour Yosemite. Le nom de Yosemite lui-même (Yo-sé-mi-ti en anglais) serait une transcription d’un nom  indiens signifiant « le grizzli ». (D’où le titre de mes articles. Et la lumière fut.)

[Petit intermède musical:] « 380 km en voiture sur des routes de montagnes, ça use, ça use… » [Fin du petit intermède musical.]

16h : Enfin arrivés ! L’une des premières choses qu’il nous soit donné d’admirer est « El Capitan », le plus groc bloc de granite du monde. Et pratiquement en face, se trouvent les chutes de Yosemite (Yosemite Falls). (NB : Vous pouvez cliquer sur les photos pour les voir de plus près.)

Yosemite Falls, Yosemite, CATout est immense, et contempler ces reliefs me fait me sentir toute petite. La nature est magnifique et j’écarquille les yeux pour ne pas en perdre une miette. 

Après un arrêt photo qui semble durer des heures parfaitement justifié (je voyage avec des Asiatiques, ne l’oublions pas ! ^^) nous entamons notre première randonnée : les Chutes Printanières, ou Vernal Falls. Tout au long du chemin, ce ne sont que cascades, rochers et séquoias immenses.

 De petits animaux sont également de la partie :

       

La route est escarpée et très pentue pour moi qui n’aie pas l’habitude de marcher, mais le jeu en vaut la chandelle ! Après 2h de marches, les Vernal Falls) se dressent enfin devant nous. Les gouttelettes qui nous parviennent, voile brumeux, font du bien à nos corps échauffés.

18h : A ma demande, nous ne gravissons pas les escaliers qui montent au sommet. En effet, à 50 km des Vernal Falls, se trouve Glacier Point, « l’une des vues les plus spectaculaires de la nation » d’après le guide Michelin. Comme il est déjà tard et que j’ai vraiment très envie de voir Glacier Point avant le coucher du soleil, nous reprenons notre voiture. (Vous voulez une photo de la Ford, ou ça ira ? ^^)

20h : arrivée à Glacier Point après une heure de sinueuse route de montagne. Le guide n’a pas menti, le panorama est extraordinaire est le soleil qui se couche rend les choses presque surnaturelles. 

Nous avons en particulier une vue incroyable sur le Demi Dôme (Half Dome), un rocher aux proportions et à la forme hors du commun, résultat de l’effondrement d’une partie du dôme complet. 

20h30 : nous quittons Yosemite pour « Yosemite Bug Rustic Mountain Resort », où nous allons passer la nuit. 

La route du retour fut un tout petit peu perturbée (oh, si peu) par des feux de forêts allumés volontairement par les gardes forestiers. Cette pratique, qui consiste à brûler des « langues de terres » de quelques mètres de large sur plusieurs mètres de long, est censé protéger la forêt. En effet, en cas de feu accidentel, la présence de terre complètement brûlée à intervalles réguliers empêcherait le feu de se propager au-delà. Les dommages collatéraux associés à cette pratique est que sur une vingtaine de kilomètres, les routes de montagne, sinueuses s’il en est, sont complètement enfumées. Les phares ne sont pratiquement d’aucun intérêt et la visibilité est réduite au minimum. J’étais au volant, et j’avoue avoir eu très peur de louper le prochain virage et de finir dans le fossé…

22h30 : arrivée à « Yo Bug Rustic Resort ». Notre logement pour la nuit est une « Cabine Tente ». On ne savait pas très bien à quoi s’attendre ; on a rapidement été fixé. Il s’agit, littéralement, d’une tente, posée sur une large plaque de bois. 

Pas de chauffage, pas d’eau, une seule ampoule au plafond et une seule prise électrique. Quatre lits aux quatre coins de la pièce. Au moins, on ne les attaquera pas pour publicité mensongère : c’est effectivement « rustique ».

Mais nous sommes tous trop fatigués pour nous plaindre. Après un dîner gastronomique au Burger King, nous tombons tous dans un profond sommeil. A demain !

Un p’tit verre, deux p’tits verres, trois p’tits verres… 

Ah, le doux son du réveil après une trop courte nuit… ! Ce n’est finalement qu’à 10h, après avoir appuyé 12 fois sur le bouton « répéter cette alarme dans 5 minutes » que nous nous sortons de nos lits. La tête dans les chaussettes, il nous faut pas moins d’une heure supplémentaire avant d’être finalement prêts à partir.

11h30 : 26 kilomètres de plus, et nous voilà arrivés chez « V. Sattui », un petit vignoble charmant de la vallée de Napa. La dégustation s’effectue autour d’un bar relativement bondé (popularité oblige) : $5 pour 5 verres de vins, à choisir parmi une vingtaine.

Qualité des vins : 2,5/5. Je ne suis pas une grande connaisseuse et m’oriente naturellement vers des vins sucrés et sirupeux, qui, à deux exceptions près, étaient absents de la carte de V. Sattui. Ses vins blancs était plus acides, et ses vins rouges naturellement forts en tannins, donc difficiles pour moi.

Nous avons ensuite acheté saucisson, pain et fromage au petit marché attenant à la salle de dégustation, et improvisé un pique-nique, à l’ombre des arbres et des murs de pierre du bâtiment principal.

Ambiance et atmosphère : 3/5. Un cadre agréable et ombragé, un personnel aimable, une cave en sous-sol où sont exposés les tonneaux contenant les vins en court de fermentation, et quelques vieux outils autrefois utilisés pour presser le raisin. 

Seul bémol : le prix de la nourriture. $2.95 la baguette, ça défie toute concurrence.

14h : départ pour Sterling Vineyards, un vignoble sur les hauteurs, accessible après un court trajet en télécabine. Le prix est de $20 pour le trajet et la dégustation de cinq vins. Une fois là-haut, un arrêt à une première « station » nous permet de déguster un premier vin blanc. Puis, notre verre en main, nous nous promenons à l’intérieur du bâtiment en suivant un circuit fléché, destiné à nous faire découvrir la fabrication du vin chez Sterling Vineyards. Quatre autres « stations » espacées tout au long du parcours nous permettent de déguster les vins au fil de notre promenade.

Qualité des vins : 1/5. Je n’ai pas aimé ces vins-là du tout. Trop acides ou aigres pour les blancs, trop de tannins et trop « rapeux » pour les rouges. 

Ambiance et atmosphère : 3/5. Jolie idée que celle de nous faire déguster les vins au fil d’un parcours pré-établi, expliquant précisément leur fabrication. En revanche, le côté « industriel » des bâtiments ôte une partie de son charme à la promenade, et au vignoble en général. Une note particulière pour le personnel agréable, qui n’a pas hésité à remplacer un vin que je n’aimais vraiment pas par un vin qui ne faisait pas partie de la liste officielle. 

Troisième et dernier vignoble : Vincent Arroyo. Un vignoble hors des sentiers battus, recommandé à une des copines par une de ses connaissances (z’avez suivi ?). Une petite bâtisse d’aspect ordinaire, au milieu d’un jardin : on a presque l’impression d’être chez quelqu’un. La dégustation de cinq vins est gratuite, et nous avons choisi de déguster nos vins à l’extérieur, autour de la table de bois au milieu du jardin. L’homme qui nous a servi était un passionné de la France, qui a vanté les mérites de mon pays aux copains avec lesquels je voyageais, leur enjoignant de se rendre en France. « Voir la France et mourir », a-t-il dit. 

Qualité des vins : 1/5. Aussi sympathique que ce monsieur soit, je n’ai pu m’empêcher de faire la grimace à chaque verre. Son erreur a peut-être aussi été de nous servir un blanc et quatre rouges, et des rouges « de caractère ». Puisque la connaissance de la copine trouve cet endroit fabuleux, je me dis que c’est plus à recommander aux amateurs de vins rouges (Merlot et Cabernet Sauvignon) qu’aux néophytes comme nous. 

Ambiance et atmosphère : 2/5. Rien à signaler. C’est propret, mignon, mais rien qui sorte de l’ordinaire non plus. 

Après cette journée bien remplie, nous quittons la vallée de Napa pour la vallée de Sonoma, ou plus précisément Santa Rosa, 30 kilomètres au sud ouest. C’est là qu’est né Charles Schulz, le créateur de Snoopy ! Les statues de Snoopy, Charlie Brown et le petit oiseau Woodstock peuplent les rues et me donnent l’occasion de prendre la pose à côté du chien le plus stylé de la planète. ^^ 

Bilan de la journée : une expérience à Napa un peu décevante. Il y a quelques mois, j’avais passé une journée à Temacula et j’avais trouvé les vins de meilleure qualité. (Je recommande en particulier Calloway, un vignoble en haut d’une colline, où j’ai dégusté un excellent Gewurztraminer et des vins « à dessert » qui avait un goût de jus de fruit !) De façon générale, les vignobles de Temacula m’ont parus moins « chics » mais plus authentiques, moins célèbres mais plus agréables et plus accessibles. 

Mais encore une fois, ce n’est que mon avis… 🙂

760 bornes pour aller voir des raisins. 

A peine de retour d’Arizona, me voici repartie sur la route du Grizzli. Cette fois, c’est direction la Californie du Nord, la vallée de Napa et Yosemite.

Mon épopée « nordique » commence le jeudi 11 août.  10h : après avoir passé une partie la nuit à réserver motels et voiture de location jusqu’à des 3h du matin (on est mal organisé ou on ne l’est pas), il est temps de faire ma valise. (Comprendre : entasser rapidement 4 t-shirts et deux jeans dans mon petit sac de voyage.)

14h : sous un soleil de plomb et sans climatisation, nous prenons la route de Los Angeles. « On en a pour environ 2h, en comptant les embouteillages. » me lance, enthousiaste, l’ami avec qui je voyage. Normal.

18h : Arrivée chez Avis, après être passés prendre deux copines de l’ami en question qui vont voyager avec nous. Nous transférons nos bagages dans le coffre de la grosse Ford Escape spécialement louée pour l’occasion. La dernière valise enfournée, des copines s’exclame : « Ca ne vous réjouit pas, de penser à tous ces kilomètres qu’on va épargner à nos voitures ? » Si, bien sûr, penser que je viens de dépenser $165 pour un gros 4×4 qui consume plus d’essence que vos trois voitures réunies (voitures qui, je le précise, dorment tranquillement dans leurs garages respectifs), tu penses bien que ça me réjouit vachement. Comme lisant dans mes pensées, la copine ajoute : « Sur le long terme, on fait vraiment des économies. » Ah ben oui, c’est net. Sur le long terme, acheter une voiture pour ne pas s’en servir, c’est vraiment faire des économies. J’avoue que je n’y avais pas pensé.

(Ci-dessous, une photo de la Ford. Vu le prix de la location, on aurait tort de se priver.)

19h : le dîner englouti, départ pour Napa !

A deux heures de route au nord de San Francisco, le soleil et les terres fertiles des vallées de Napa et de Sonoma permettent aux vignobles de ces deux régions de produire parmi les meilleurs vins du continent Nord Américain. Régions touristiques par excellence, Napa et Sonoma attirent chaque année de nombreux touristes venus profiter du climat, admirer les différents paysages et goûter à des vins de renom.

explique le guide Michelin. 

Vendredi 12 août, 1h du matin : 760 km plus tard, nous voilà enfin en pays vignoble ! La chambre que je nous ai réservée est adorable, je suis toute contente. 🙂

 

 

Chardonnay Lodge, la chambre "Wine Country"

(P.S.: On ne se moque pas de mes talents en ce qui concerne la retouche de photo.)

Cela dit, épuisée comme je suis, je ne fais pas long feu et pars rapidement me coucher. A demain ! 


Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités