A quelques pas de là…

Posts Tagged ‘traditions

Aux Etats-Unis, il est de bon ton de demander la main d’une jeune fille à ses parents avant de la demander en mariage.
RECTIFICATION : Ce que j’ai pris pour une habitude américaine ne concerne apparemment que les minorités éthniques : Mexicains, Indiens, … et dépend réellement du degré d’ « américanisation » de la famille.

J’en profite pour souligner une différence entre la France et les Etats-Unis au niveau légal. En France, lorsqu’une jeune fille tombe enceinte, le jeune homme peut choisir de la quitter et disparaître de sa vie et de celle de l’enfant. Reste alors à la jeune fille à assumer seule la garde, l’éducation, et les frais liés à la venue au monde d’un enfant. Leur enfant. Aux Etats-Unis, si une jeune femme tombe enceinte, le jeune homme a l’obligation légale de lui verser une pension alimentaire jusqu’à la majorité de l’enfant.

On fait donc moins de campagne de prévention liées au SIDA ici, mais les jeunes hommes ont au moins tendance à prendre la contraception au sérieux.

Publicités
Étiquettes : ,

Alors, alors… Tout d’abord, je voulais vous dire que vous allez probablement avoir de moins en moins de choses à lire, pour votre plus grand désespoir, je sais… ^^ Et surtout, mon blog ne pourra bientôt plus constituer l’excuse toute trouvée pour procrastiner. :p

En effet, quand la vie prend un tour si savoureux, on a aussi envie de se retrouver juste avec soi et soi-même, et de se dire que la vie est belle. ET PUIS, il y a aussi que quand on a une vie sociale un peu plus remplie, on doit bosser plus tard pour respecter ses obligations scolaires, donc finalement je suis pas mal occupée.

Un bon ami américain m’a dit un jour « Quand tu es à l’université, tu as trois choses qui s’offrent à toi, mais tu ne peux en avoir que deux : une vie sociale, du sommeil et de bonnes notes. » J’ai fait un choix définitif pour « vie sociale », et en ce moment je tente de limiter la casse niveau sommeil et notes. 🙂 D’où l’absence d’articles.

En ce moment, c’est le Nouvel An chinois, alors j’en profite pour vous souhaiter à tous une excellente année du tigre. Paix, prospérité et santé. C’est quelque chose de gigantesque ici, même plus grand que notre Noël parce qu’il y a une parade incroyable dans les rues de Hong Kong qui dure 1h30 (c’était aujourd’hui), avec un feu d’artifice (c’est demain) et aussi une sorte de grand bazaar où ils vendent de tout et n’importe quoi, de citronniers aux arbres à mandarines (mandariniers ?), des peluches en forme de banane plus grandes que vous aux coeurs en peluche pour la St Valentin (toute la semaine dernière). ^^

Ma roommate a passé sa semaine là-bas et est rentrée chez elle à présent… Je la regrette, en fait. J’me sens seule dans cette chambre toute vide…

Mardi, je m’envole pour … l’INDE ! ! 😀 Le projet est le suivant :

Mardi 16 : (départ de Hong Kong à 17h20 – arrivée à 20h50 heure locale) New Delhi (bonjour aux copains de Sciences Po qui y sont) – Mercredi 17 : Agra (bonjour au Taj Mahal) – Jeudi 18 : Jaipur – Vendredi 19 : Jodhpur – Samedi 20 : Jaisalmer (bonjour au désert) – Dimanche 21 à Mardi 23 : Retour à Delhi (départ pour Hong Kong à 9h le mardi 23 – arrivée à Hong Kong à 16h15 le même jour).

Je sais que vous mourrez d’envie de voir les photos que je ne manquerai pas de prendre, mais je crois que je vais devoir vous décevoir… Aussi égoïste que ça puisse paraître, je crois qu’on ne profite pleinement des choses que lorsqu’on commence à les vivre pour soi, et soi seul. Aujourd’hui, à la parade, j’ai laissé les autres prendre des photos, parce que pour moi, le plus important était l’instant présent, et les images que j’en ai, moi, dans ma tête, valent toutes les vues à travers un écran d’appareil photo numérique. Alors je prendrais peut-être des photos, ou pas, mais en tout cas ce voyage va être mémorable.

Et si vous voulez en savoir plus, j’ai bien peur qu’il vous faudra prendre du temps pour m’interroger en personne 😉


Je vous embrasse et vous dis à bientôt.

Étiquettes : , , ,

Chers lecteurs qui commencez à vous lasser de relire éternellement les articles déjà publiés, voici, en attendant les photos de la Thaïlande où je me rends samedi prochain (dit-elle avec une négligence insupportable) quelques photos du Festival de la Mi-Automne, Mid-Autumn Festival, dont j’ai pu apprécier le folklore aujourd’hui même.

Il s’agit d’une semaine de célébrations, qui culmine le 15ème jour du 8ème mois lunaire, soit aujourd’hui si vous comptez bien (si vous ne comptez pas bien, ou si vous n’avez pas envie de vous taper l’élaboration du calendrier lunaire, je suis désolée il va falloir me faire confiance).

Aujourd’hui était donc un jour férié pour  les Hongkongais, mais cela fait une semaine que les célébrations ont commencé. Les mooncakes (* gâteaux de lune) envahissant les rayons des supermarchés, les stands de chez Maxim’s (*chaîne de magasins vendant des pâtisseries, des viennoiseries et ce qui se veut être du pain) au milieu des centres commerciaux, les lanternes pendues au plafond des échoppes sont autant de signes annonceurs de cette fête.

Il y a plusieurs aspects au Mid-Autumn Festival, et je vais essayer d’être exhaustive. Tout d’abord, un dragon en papier géant de 67 mètres de long, recouvert de lumières et de bâtons d’encens, parcourt les parcs de la ville, un parc chaque soir, sous les yeux émerveillés des enfants – et des touristes. C’est l’occasion de se rappeler d’un épisode mythique de l’histoire de Hong Kong :

Il y a plus d’un siècle, Tai Hang était un village du littoral dont les habitats vivaient de l’agriculture et de la pêche. Quelques jours avant la fête de la Mi-automne, un typhon puis une épidémie de peste ont ravagé les lieux. Pendant que les habitants réparaient les dommages, un python est entré dans le village et a dévoré le bétail. Selon certains villageois, ce python était le fils du roi des Dragons. 

Un devin décréta que la seule façon de stopper ces ravages était d’organiser une danse du feu pendant les trois jours et les trois nuits de la fête de la Mi-automne. Les villageois construisirent alors un énorme dragon de paille. Ils le couvrirent de bâtons d’encens qu’ils allumèrent ensuite. Ils dansèrent pendant trois jours et trois nuits, accompagnés par les tambours et les cracheurs de feu et l’épidémie de peste cessa.*

Je n’ai pas eu la chance de voir ce « dragon de feu », mais j’avoue que j’aurais beaucoup aimé ! Il y a ensuite la tradition de manger des mooncakes. Pour ce que j’en ai vu, il en existe deux catégories : les « snowy mooncakes » (* « gâteaux de lune enneigés », ça fait ou bien très poétique ou bien très ridicule en français !), conservés au congélateur et dégelés quelques minutes avant de les manger, et les mooncakes traditionnels. Je n’ai goûté pas à ces derniers; cela a d’ailleurs été une source d’intense frustration pendant 15 jours ! Mais comme ils sont généralement produits, d’après l’étiquette, dans des usines utilisant aussi des crevettes et autres fruits de mer comme matières premières, je n’ai pas voulu prendre de risque… En revanche, la gourmande que je suis s’est fait un plaisir de goûter les snowy mooncakes !

snowy_mooncake_02

Il s’agit de pâtisseries à base d’oeufs, fourrées avec différents parfums. C’est assez difficile à décrire, comme ça, mais pour ceux qui ont déjà testé les perles de coco dans les restaurants asiatiques français, il y a un peu de ce goût-là… La pâte extérieure est assez consistante, presque collante, et assez bourrative. Elle n’a pas vraiment de goût et est en général blanche ou translucide. C’est l’intérieur qui fait tout l’intérêt du snowy mooncake. Il se compose d’une pâte glutineuse à base d’oeuf et de sucre, avec une consistance qui laisse à croire que de l’amande a été utilisée, bien que ça ne soit absolument pas le cas. Il existe différents parfums, des plus occidentaux (chocolat, tiramisu, myrtille) aux plus asiatiques (durian, thé vert du Japan, lotus). Mon palais d’Occidentale a évidemment plus apprécié la dégustation des premiers que celle des seconds, mais c’était définitivement quelque chose à goûter en étant ici. Les snowy mooncakes sont de toute façon un peu écœurants, mais un écoeurement somme toute assez agréable, un peu comme ces desserts chocolatés pour lesquels on n’a jamais fait mais qu’on a toujours très envie de manger – et de terminer.

La tradition des mooncakes en soi n’est pas anodine non plus. Elle remonte au 14ème siècle, lorsque les Hongkongais se sont révoltés contre les Mongols qui régnaient à cette époque.

Les rebelles avaient adopté une ruse et appelaient à la révolte sur des morceaux de papier qu’ils cachaient dans des gâteaux distribués clandestinement à leurs compatriotes.*

C’est ainsi qu’est née la tradition des mooncakes. Alors pourquoi appeler ces pâtisseries « gâteaux de lune »? Eh bien tout simplement parce qu’ils sont consommés lors de la Fête de la Mi-Automne, qui célèbre le temps des moissons et de la pleine lune.

Festival de la mi-automne (8)

La fête de la mi-automne en elle-même avait lieu aujourd’hui même. Ce jour férié est l’occasion pour les familles qui le peuvent de se réunir, et pour les familles qui ne le peuvent pas de penser à ceux qu’ils aiment en regardant la lune. Dans la ville d’à côté, dans le pays d’à côté ou à l’autre bout du monde, ils savent que ceux-là font de même, regardent le même astre au même moment, et c’est une sorte de communion de pensée qui a lieu… Pour moi, petite expatriée un peu perdue au milieu de cette grande ville, voilà enfin une tradition dont je peux apprécier pleinement la portée.

Cette fête est très lumineuse et très colorée. Les appartements hongkongais étant très exigus, les familles dînent habituellement au restaurant, où ils partagent leurs plats selon la tradition chinoise. Vous avez déjà dû voir ces espèces de plateaux circulaires montés sur roulettes au milieu des tables de certains restaurants asiatiques: les plats sont posés dessus et chacun se sert en faisant tourner le plateau jusqu’à ce que le plat soit en face de soi. Puis les familles se dirigent vers un parc. Les enfants sont autorisés à veiller tard, et c’est même l’intérêt de la fête. Alors que la nuit est tombée, ils s’amusent avec les lanternes en papier achetées dans les échoppes sus-mentionnées. Des bougies sont allumées. La modernité aidant, les gens se promènent aussi avec des sortes de tubes fluorescents de toutes les couleurs autour du cou, des oreilles, de la tête…

A Victoria Park (le plus grand parc de Hong Kong) où je suis allée me promener, c’était impressionnant ! Il y avait bien 2000 ou 3000 personnes assises là, dans l’herbe, avec leurs bougies posées sur des couvercles métalliques de boîtes à gâteaux, leurs lanternes à côté et leurs drôles de tubes.

Festival de la mi-automne (9) Festival de la mi-automne (10)

Une copine m’a demandé en plaisantant quel était, à mon avis, le nom du chanteur qui faisait se déplacer tant de monde ! J’ai personnellement pensé à Woodstock, en beaucoup moins fun, quand même !

Sinon, l’entrée du parc était assez joliment décorée, avec des lanternes partout.

Festival de la mi-automne 3 oct 09

Festival de la mi-automne (2)

Il y avait même de grosses lanternes en forme des deux petits personnages emblèmes de Hong Kong pour les East Asian Games (* Jeux Olympiques Est-Asiatiques) qui auront lieu ici entre le 5 et le 13 décembre. On peut les apercevoir en blanc sur cette photo :

Festival de la mi-automne (3) En fait, ce sont eux : HK_CWB_Victoria_Park_2009_East_Asian_Games_Sport_Mascots_Dony_and_Ami_2

Pour le reste, je vous laisse apprécier toutes ces lumières :

Festival de la mi-automne (4)

Festival de la mi-automne (5)

Festival de la mi-automne (11)

Festival de la mi-automne (12)

Cela dit, malgré toutes ces chouettes lumières, et ces couleurs, et le reste, je n’ai pas ressenti d’ambiance magique dans ce parc, pour cette fête-là… Est-ce dû à cette subjectivité dont je parlais à propos du Bouddhisme ? (On me dit que ce n’est pas religieux donc je ne ressens pas cette atmosphère particulière que je ressens dans un temple parce que mon cerveau sait (pense ?) qu’il s’agit d’un lieu particulier…) Je ne sais pas, mais j’ai été déconcertée par la présence de stands de Coca-Cola au milieu des lanternes, par la mise en place d’un circuit dans le parc qui mène le visiteur vers les stands de nourriture, et plus généralement et de façon indescriptible par l’attitude des locaux qui ne semblaient pas eux-mêmes percevoir une once de magie dans cette atmosphère, mais semblaient plutôt se rattacher à ce prétexte qui leur était offert de ne pas rentrer chez eux tout de suite. Etre assis à ce moment-là, à cet endroit-là, me semblait plus une affaire de « voir et être vu » et de « devoir » (« must do ») plutôt que quelque chose qui viendrait du fond du coeur des Hongkongais, comme une tradition ancestrale qu’il serait important de perpétuer…

Mais je peux me tromper…


* http://www.discoverhongkong.com/france/events/festival-mid-autumn.html

Étiquettes : , ,

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités