A quelques pas de là…

Posts Tagged ‘Bouddhisme

Deuxième jour : réveil la tête dans les chaussettes après nos expériences de la veille. Le programme du jour : Ayyuthaya, une ville à 80 km au nord de Bangkok, où nous avons choisi de nous rendre en train.

Nous nous rendons donc à la gare en taxi, puis prenons nos billets : plus de place en seconde, ce sera donc la troisième classe.

P1010605 (Oui, la gare, c’est juste une gare normale. vous vous attendiez à quoi ? 😉 )

Mention spéciale pour un stand de gaufres devant lequel nous passons (et devant lequel je tombe en arrêt ^^)… Eh oui, ce mois et demi à Hong Kong fut un mois et demi sans gaufres : vous voyez que ça fait des ravages.

P1010606

J’aurais bien envie de m’arrêter, et puis finalement la raison reprend le dessus (« Elles seront encore là ce soir »), bien aidée, il faut dire, par un strident « GROUPIIIIERT !! » émanant de la meneuse de notre groupe. Petite blonde aux yeux bleus, c’est elle qui a tout organisé, depuis le numéro du vol initial à destination de Bangkok jusqu’aux horaires des trains que l’on prend sur place. C’était plutôt très bien préparé, d’ailleurs, et je ne pense pas qu’on aurait pu voir autant de choses si elle ne s’était pas donné autant de mal pour tout planifier avant de partir. Bon, on a tous eu un léger doute quand elle nous a parlé de sa passion pour les trains, et puis qu’elle s’est soudain mis en tête de traverser la route pour aller asséner un coup de sac à main un jeune juif qui faisait la manche (« On se sent mieux ! »), mais globalement, elle était impeccable ! ^^ Bon, OK, j’exagère peut-être un tout petit peu…

Mais enfin ce qui est sûr c’est que ce lundi matin, elle traçait ! (*Elle se dirigeait vers notre train d’un pas rapide.) M’arrêter pour ces gaufres était donc plus ou moins « HORS DE QUESTION ! » ^^

Nous voilà donc parti pour quarante minutes en train !

P1010607

P1010611

Sur place, Folcoche nous emmène nous décidons d’un commun accord de prendre un bateau qui nous permettra de faire le tour de l’île, au coeur d’Ayyuthaya, sur laquelle sont concentrées les ruines qui nous intéressent.

P1010616 (Copie) (Avouez que ces visages radieux donnent envie ^^)

P1010622

Après avoir, tels des aventuriers de l’extrême, traversé une immense… pelouse (!)

P1010639

nous pouvons enfin visiter ces temples millénaires…

P1010661

P1010662

P1010618

Le trajet du retour s’effectue en train pour tous. Je reprends la direction de Bangkok, tandis que mes petits camarades s’éloigneront ce soir-là vers Phitasnulok, à près de 400 km au nord.

Affaire à suivre…

Publicités
Étiquettes : , ,

L’embarquement à destination de Bangkok : ma première bouffée d’excitation après deux semaines de travail acharné, enfermée dans mon cagibi ma chambre, avec pour seul objectif de me débarrasser de tout le travail à rendre pour après les vacances.

Après quelques deux heures de vol, je n’aperçois pas « les lumières de la ville », comme le veut l’expression consacrée, mais de longs bandeaux lumineux rectilignes qui contrastent avec un environnement d’une noirceur absolue. L’avion se pose avec fracas, le pilote freine de toutes ses forces. Après quelques minutes au ralenti, je peux enfin m’extirper de cette grosse coquille, et respirer à plein poumons un air chaud et humide, noir et sensuel, l’air de la Thaïlande. Je n’ai pas encore posé le pied sur la terre ferme que j’aime déjà ce pays.

Après avoir passé l’immigration, je rejoins l’immense hall destiné à la récupération des bagages qui ont voyagé en soute. Je n’en ai pas : je m’installe sur un banc au milieu du Hall et me prépare à attendre sagement une heure, le temps que mes petits camarades me rejoignent. Ils sont drôles, les regards thaïlandais qui se posent sur moi, et flatteurs aussi. J’aime ce pays.

Finalement, une heure se passe, puis une heure et demi. Je sais qu’ils ne partiront pas sans moi, ce n’est pas possible. Je finis par appeler, on finit par se retrouver, puis par prendre un taxi. 30 km, 6€ de taxi, à partager en cinq. Ca peut aller. J’apprends vite à faire la conversion entre la monnaie locale, le baht, et les euros. 50 bahts = 1€. Donc à l’inverse, pour obtenir un prix en euros, on divise le prix en bahts par 100 et on multiplie par 2. Fastoche.

Nous arrivons à l’auberge de jeunesse sans problème, payons, montons à l’étage. Je partage ma chambre avec Anne, la Française de mon étage. Les 3 autres sont ensembles. Une bouteille d’eau fraîche attend chacune d’entre nous dans le frigo, et je n’ai jamais été si contente de voir affiché « TV 5 MONDE » sur la plaquette explicative de la télévision que nous avons dans la chambre. Salle de bains et toilettes privatifs : après un mois et demi de collocation à 24, PUNAISE, vivent les vacances !!

Il est 6h quand le réveil sonne le lendemain matin. Enfin, 6h à mon portable, 7h à celui d’Anne… D’une voix mélodieuse, je grogne : « Il est vraiment 7h ? » Et là : « Ah merde, non ! Le décalage horaire ! » Vivent les vacances… Nous finissons par descendre prendre notrs petit déjeuner à l’heure convenue (soit 7h30) et là, miracle, on nous demande notre avis ! On a le choix entre un petit déjeuner à l’anglo-saxonne (à base d’omelette), un « continental breakfast » (à base de croissant) ou un petit déjeuner à la chinoi… CHUT ! Mot tabou ! On est en vacances, on a dit ! Presque tout le monde opte pour un pantagruélique continental breakfast : un croissant avec du beurre et de la confiture de fraise, du lait et du muësli, un café et une salade de fruits exotiques. C’est l’occasion de phrases philosophiques, que seule une ambiance très matinale est capable de provoquer : « C’est quand même bon le muësli. Faudra que j’en rachète. » Ou encore : « Ah t’as pris une omelette ? – Oui ! » Et la découverte de la journée : « Ah, vache, c’est quoi ce fruit orange, c’est dégueu ! » C’était une papaye. OK, c’est noté, ça, on n’aime pas.

Et puis, et puis : c’est parti pour la journée !! Notre première étape sera le marché de Bangkok : c’est un endroit immense fait de plusieurs hangars genre « Parc des Expositions », mais les hangars sont plus petits et plus bas de plafond, les stands sont bien plus serrés et les étals débordent bien plus, et surtout, tellement, <em>tellement </em>moins cher !! J’expérimente pour la première fois mon talent de négociatrice : et hop ! Un sac à main en paille à 5€ !

P1010542 (Copie) (Oui, je sais, mais on s’arrange comme on peut avec le droit à l’image de chacun, hein !)

En face du marché, un flot ininterrompu de taxi attend les touristes, farang (* étrangers) blancs de toutes sortes, et qui semblent avoir un signe « $ » inscrit en très très gros sur la figure.

P1010539

Nous visitons ensuite le temple du Bouddha couché, et il me faut m’interrompre quelques instantes pour rendre un hommage tout particulier aux guides touristiques « Evasions » pour le complément d’informations extrêmement utiles qu’ils n’ont cessé de nous apporter à partir de ce moment. Au sujet du Bouddha couché, je cite : « La grandeur de la statue contraste avec l’exiguïté du temple qui l’abrite ». Effectivement.

P1010590

P1010593

Nous décidons d’aller voir un temple qui se trouve dans le quartier ancien de Bangkok; nous prenons le bateau-bus pour nous y rendre. Une photo, au fil de l’eau, que j’aime tout particulièrement… 🙂

P1010557

Quant au temple proprement dit, il est vraiment superbe, et c’est très impressionnant de se retrouver là.

P1010566

P1010601

P1010600 (Je trouvais rigolote l’association des figures typiquement asiatiques avec les chapeaux haut-de-forme !)

Les temples bouddhistes ont la particularité d’être des lieux de transmission des savoirs, et c’est donc sans surprise que nous apprenons que celui-ci, comme beaucoup, renferme une école. Il s’agit même, pour être précis et rendre à César ce qui appartient à ce temple bouddhiste, d’une des plus prestigieuses écoles de médecine du pays.

Ci-dessous, un moine faisant la classe à de jeunes enfants dans une ambiance typiquement « tiers-mondiste » (à se demander s’ils n’étaient pas là pour la parade) : le moine lisait une phrase, les enfants répétaient joyeusement, et de temps en temps des rires collectifs éclataient sans que nous, touristes farang, sachions exactement pourquoi.

P1010603

Le soir, nous sommes sortis dans les rues de Bangkok, dans Patpong pour être précise.

(Ce qui va suivre est le récit d’une des parties les moins supportables de mon voyage en Thaïlande. Les parents sont invités à en faire une lecture personnelle avant de laisser de jeunes enfants en prendre connaissance.)

Pour ceux qui sont familiers de la polémique, c’est dans ce lieu que Frédéric Mitterrand est venu chercher son « garçon de Patpong », qu’il a ensuite le culot de qualifier, au JT de 20h, d’ « adulte majeur et consentant ». Je ne vais pas vous raconter ma soirée par le menu, mais j’aimerais tout de même partager avec vous ce dégoût profond, cette nausée qui m’a prise lorsque nous avons traversé ces rues. « Come see our show Madam ! », « Do you want a girl Mister ? » Autant de phrases prononcées avec conviction par des hommes (évidemment) qui, joignant le geste à la parole, nous tendaient des fiches plastifiées, sortes de trombinoscope, grâce auxquelles le touriste farang blanc était supposé pouvoir ajouter à sa liste d’achats du matin une pute thaïlandaise.

Dans cette foule qui grouille, il y a les curieux; touristes un peu trop zélés, qui veulent connaître « le vrai Bangkok, le tout Bangkok », ça compris. Il y a les voyeurs occasionnels, assumant mal leurs penchants au grand jour; les nuits agitées de Patpong leurs servent de couverture idéale. Il y a les pervers habitués, venus spécialement de loin pour assouvir leurs fantasmes et qui se promènent à l’aise dans ce dédale de clubs glauques, renfermant toute la misère du monde, témoins pas si innocent de ce qu’une femme peut supporter lorsqu’il s’agit de survivre.

Plus loin, il y a la version masculine. Sur une scène bien en vue depuis la rue, de jeunes garçons, jamais plus d’une vingtaine d’années, visiblement mineurs parfois, sont exposés en slips, baskets et chaussettes. Sur chaque slip est punaisé un petit numéro, afin de faciliter le choix de ces messieurs, farang blancs toujours eux. Les garçons se tiennent debout sur cette scène, fixant la salle, engageant des jeux de regards avec tel ou tel client potentiel. L’immense majorité est constituée d’hommes, et d’hommes blancs d’ailleurs. Ils sont en général assez âgés. Certains sont juste venus se rincer l’oeil. D’autres ont fuit la pression de la société occidentale pour se vautrer, que dis-je se vider, exploitant sans vergogne ce que la Thaïlande compte de plus misérable.

A côté de la scène, un étrange ballet a lieu. Un « manager » touche le bras ou la cuisse, ou n’importe quelle autre partie charnue d’un garçon donné, celui-ci descend de scène, puis gravit un escalier abrupt en bois menant à l’étage. Quelques minutes après, un client le rejoint. Un temps certain s’écoule. Des garçons redescendent, et reprennent immédiatement leur place sur scène. Quelques minutes plus tard, des farang redescendent à leur tour, sans qu’on ne puisse jamais deviner qui était avec qui.

Je suis prise de malaise, rien qu’à l’évocation de ces souvenirs. Mais je voudrais diriger l’attention du lecteur sur cet homme en particulier. Regarde la porte de ce club. Là, il entre avec son boy thaïlandais. Tu le vois ? Grand, plutôt bel homme, la cinquantaine, peut-être moins. (Comment savoir ? Le vice conserve. ) Le manager l’accueille chaudement, avec une bise sur chaque joue, et l’installe à une table qui semble être sa table. Il est idéalement placé pour observer la scène. Il commande une bouteille de vodka, que le manager s’empresse de lui apporter dans un seau à champagne. Tu l’as repéré ? Ce qui me soulève le coeur, ce n’est pas tant la présence de cet homme. Il n’est pas le seul, pourquoi diriger ma verve contre lui ? Non, ce qui me révolte et m’empourpre les joues rien que d’y repenser c’est toute l’allure et toute l’attitude de cet homme. Il a les cheveux blancs et se tient plutôt droit. Un brin dandy, aristocrate, un a une chemise blanche qui fait ressortir la blancheur de sa peau. Il a des manières agréables, un grand sourire. Il porte une chevalière en or à la main gauche et ses ongles sont visiblement passés entre les mains expertes d’une manucure (masseuse ? prostituée ?) thaïlandaise. Très propre sur lui, il se tient droit, il a bel allure. He owns the place, l’endroit lui appartient. Il se comporte comme un parfait colonisateur, venu prendre possession de ces sauvages qui ont le bon goût de se laisser enc**** encore une fois, encore. Oui, je suis vulgaire, mais cet endroit l’est aussi. Et cet homme me dégoûte, avec son sens abject de la bienséance, et l’éclat pervers de son regard derrière un masque d’affabilité. Il sait que quoiqu’il arrive, l’un de ceux-là qui sont sur la scène se retrouvera en sa possession dans quelques heures, à sa merci. C’est le genre d’hommes d’affaires à succès le jour, qui, en Europe, va rechercher des plaisirs sado-masochistes dans des clubs ultra privés la nuit. C’est le genre d’hommes qui, quand il a vraiment du succès, annonce à ses collaborateurs avec un sourire qu’il part prendre « un repos bien mérité en Thaïlande », et vient déverser son fiel dans le corps de jeunes garçons qui n’ont pas d’autre choix. C’est le genre d’homme qui vous renseigne à lui seul sur la noirceur et la perversité de la nature humaine. Ce même genre d’homme qui vous fait regretter d’être un homme vous aussi.

Étiquettes : , ,

Aujourd’hui, je suis allée en bonne compagnie sur l’île de Lantau, la plus grande île du territoire de Hong Kong. Petit rappel rapide : le territoire de Hong Kong est composé de 234 îles dont trois principales : Hong Kong Island, au sud, sur laquelle se trouve le coeur de la ville, l’île de Lantau, au sud-ouest, la plus grande des 234, et l’île de Lamma, au sud de l’île de Hong Kong, la plus « sauvage » de ces trois îles. Hong Kong, c’est aussi un territoire continental, avec deux « quartiers » : Kowloon, tout au sud de la partie continentale, juste au nord de l’île de Hong Kong, et les Nouveaux Territoires, tout au nord de la partie continentale, assez largement inhabités, et encore très authentiques puisqu’uniquement résidentiels, lorsqu’ils sont habités.

Hong Kong

Pour aller sur Lantau Island, nous avons pris le ferry, ce qui m’a donné l’occasion de prendre cette photo :

P1010289

A Hong Kong, la majorité des buildings sont construits en tenant compte d’une nécessité : respecter les règles du Feng Shui [prononcer « fan-gue-chué », et non pas « fènne-gue-chui » !]. Pour que le « shui » circule correctement, il est entre autre indispensable de pratiquer des ouvertures dans les hautes tours : vous pouvez en voir une illustration sur cette photo.

Une fois arrivés sur l’île, nous avons pris un bus… Mamma mia les chauffeurs de bus à Hong Kong ! Je n’arrête pas de me dire dans les virages que si, en face, il en vient un qui conduit de la même façon, on est bons pour rejoindre St Pierre ! Ici, le chauffeur possède un truc marrant : une petite clochette  qui tinte chaque fois que le chauffeur tourne le volant un peu trop brusquement…

P1010377

… c’est-à-dire qu’elle tinte à chaque fois que le chauffeur tourne le volant ! L’air de dire « Ding-ding, c’est l’heure de mourir… »

Pour le reste, nous avons vu cet immense Bouddha, qui fait (après vérifications dans le guide) 26 mètres de haut; c’est le plus grand Bouddha d’extérieur du monde.

P1010291

P1010292

Tout ce qu’il me reste encore à voir avant de mourir : (rouge) United States of America, Statute of Liberty, 12 968 km ; (jaune) People’s Republic of Chine, Great Wall, 1972 km ; (bleu) United Kingdom, Big Ben, 9632 km ; (vert) Africa, Cape of Good Hope, 11 881 km…

P1010294

En haut d’escaliers qui lui confèrent un aspect encore plus impressionnant, trône le Grand Bouddha.

P1010295

P1010296

P1010301

Je ne peux pas croire que j’y sois vraiment… C’est ça qui m’impressionne le plus, je crois. Ce Grand Bouddha, que j’ai vu tant de fois en photos, qui figure dans tant de reportages à la télé, eh bien il est là, devant moi. Je suis à l’autre bout du monde et le Grand Bouddha est devant moi. J’ai une sensation de privilégiée, tout en ayant une arrière-pensée furtive pour toutes les personnes, en particulier restées en France qui ne franchiront jamais ce pas, de l’écran à la réalité…

Le Grand Bouddha est entouré de 6 Boddhisatvas. Dans la croyance bouddhiste, ce sont (navrés pour mes sciencespotes qui connaissent déjà ça par coeur, merci Barzi :p) des êtres humains exceptionnels qui ont réussi à atteindre la sagesse ultime, l’état de nirvana, et ont choisi de ne pas sortir du cycle des réincarnations (pourtant aspiration ultime de tout Bouddhiste) mais au contraire de rester sur terre pour aider les autres humains à atteindre, eux aussi, le nirvana.

P1010297

P1010299

Après le Grand Bouddha, nous allons voir le monastère bouddhiste de Po Lin, à quelques mètres de là. Je laisse les gens avec qui je suis jouer aux échecs dans le jardin qui entoure le monastère, et décide de partir l’explorer d’un peu plus près.

A l’extérieur, des gens brûlent de l’encens…

P1010305

Je pénètre ensuite dans un premier bâtiment. Un petit Bouddha en or trône dans une vitrine face à la porte. Lorsqu’ils passent devant, les gens joignent leurs deux mains et s’inclinent, en général plusieurs fois… Autour de ce Bouddha, quatre statues beaucoup plus grandes impressionnent le visiteur :

P1010307 P1010308

Puis, je pénètre dans une sorte de cour intérieur, au fond de laquelle se dresse un autre bâtiment.

P1010309

P1010316

L’intérieur est très chargé, décorativement parlant (« Kitsch » dira l’Allemand avec qui je suis), mais une certaine religiosité imprègne tout de même l’atmosphère de ces lieux. Est-ce la subjectivité humaine, qui croit décerner une atmoshpère particulière parce qu’on lui a expliqué qu’il s’agissait d’un monastère ? Ou est-ce que vraiment, ces statues ont quelque chose à nous dire sur nous-même, quelque chose qui ne s’écoute que dans le silence du recueillement ?

P1010312 P1010313

Ensuite, j’ai décidé de suivre les recommendations de l’office du tourisme, et d’aller me promener dans la montagne environnante… Je n’avais que deux petites heures devant moi : je n’ai pas pu aller bien loin, mais ce que j’ai vu m’a profondément marquée.

Des moments magiques, empreints d’une sorte de poésie… Volés à la civilisation, à l’homme et ses excès ; une sorte de retour à la nature, au silence et à la beauté du paysage, où l’on n’a devant soi plus que la quintessence de ce qui est beau. Unique.

P1010322

P1010338

P1010348

P1010354

P1010350

P1010357

De là où, j’étais, on pouvait avoir voir « The Wisdom Path » (* le Chemin de la Sagesse). Il s’agit d’un ensemble de 38 troncs d’arbres disposés en « 8 » renversé, de façon à former le signe mathématique de l’infini. Sur chacun de ces troncs, est écrit un morceau d’un poème bouddhiste célèbre expliquant le concept de « vide ». Ce vide là n’a rien à voir avec le nihilisme nietzschéen, mais nous enseigne plutôt la relativité. Il postule que rien n’est, mais que les choses arrivent si et seulement si certaines circonstances sont réunies. En conséquence, il est vain de s’attacher aux choses où aux gens, puisqu’ils ne sont que contingents. Il enseigne aussi la tolérance, puisqu’une opinion n’est tenue pour vraie que parce que les circonstances sont réunies pour qu’elle le paraisse…

Au bas du Wisdom Path, un moine bouddhiste méditait, jouait de la flûte, faisait du yoga. Une atmosphère très sereine, bien loin du touristique Grand Bouddha.

P1010325

P1010327

P1010324

P1010346

Sur le chemin du retour, je fais plus attention aux plantations de thé qui bordent le chemin que je suis. Elles sont gardées jour et nuit par les meilleurs gardiens que l’on puisse trouver : les épouvantails ! 🙂

P1010364

P1010368

En définitive, un parcours très ressourçant, dont je me remémore les sensations chaque fois que je revois ces images… Une invitation à la méditation… et je médite…

P1010360

P1010361

Étiquettes : , ,

Pour ne louper aucun article, abonnez-vous et recevez un email à chaque nouvel article publié. Pour cela, entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous et cliquez sur "Je m'abonne !"

Catégories

Archives :

Publicités